Les relations économiques et commerciales

Suite à l’effondrement de l’économie zimbabwéenne (le PIB s’est contracté de 6 % en 2007 et de 14 % en 2008, l’inflation a atteint des taux records), les échanges commerciaux entre la France et le Zimbabwe sont limités. Les exportations françaises se sont élevées à 7,9 M€ en 2008 (machines pour extraction ou construction : 57% ; produits alimentaires : 10% ; matériel agricole : 4%), alors que les importations ont atteint 15,8 M € (produits de l’élevage : 37% ; cuirs : 17% ; produits sidérurgiques : 16%). Le solde présente un déficit de 7,9 M€ pour notre pays.

Compte tenu de la situation au Zimbabwe, il n’y a plus de flux d’investissements directs entre nos deux pays depuis de nombreuses années. Il existe pourtant un petit stock d’investissements détenus par la France. Quelques entreprises françaises sont en effet présentes au Zimbabwe (Total, Lafarge, Renault-Nissan, SDV Logistique, AGS).

La France espère que la reprise de l’économie (taux de croissance prévu de 4,7% en 2009 et de 7% en 2010, selon le ministère des finances), permettra une relance de notre commerce comme de nos investissements. Le positionnement de la France sur des secteurs cruciaux (eau, énergie, tourisme, infrastructures,…) reste un atout dans cette perspective.

Lien utile :

Zimbabwe Investment Authority

publié le 19/08/2010

haut de la page